Tondemo Skill de Isekai Hourou Meshi : Hors série – 1

Tondemo Skill de Isekai Hourou Meshi : Hors série – 1

5 décembre 2018 0 Par Madae

Tondemo Skill de Isekai Hourou Meshi

 

Hors Série 1 Souvenir de certains aventuriers

 

 

Note : j’ai mis hors série, car je trouve que ça fait mieux que potins ou ragots.

 

	« Haa.... »
	« Avec un tel soupir, que t'arrive-t-il ? Vincent »
	« Non, c'est juste, je pensais juste que je voulais manger un délicieux repas. »
	« Ouais, ouais, j'y pensais aussi. Je veux manger de nouveau les repas de Mukôda. »
	« Rita le pense aussi, non ? Après tout, ces repas étaient vraiment succulents. »

Les autres membres acquiescèrent aux paroles de Vincent qui disait ça avec émotions. Et même moi, je pense pareil.
Je me souvins de la quête d’escorte que nous avions acceptée il y a quelques temps. C’était une mission que nous, les Iron Will, aurions du mal à oublier pour plusieurs raisons.

 

◇ ◇ ◇ ◇ ◇

 

Cet homme, qui nous a été présenté par la guilde des aventuriers, était un homme avec un visage assez plat qui n’avait été jamais vu dans la région. Il était également évident qu’un homme de sa stature aurait besoin d’une escorte pour voyager en toute sécurité. Il s’est présenté et s’appelait Mukôda. Comme Mukôda a dit qu’il voulait aller dans le pays voisin et, que nous voulions également quitter ce pays, car nous sentions qu’il allait arriver des choses désagréables, j’ai décidé d’accepter cette quête pour huit pièces d’argent, même si c’était plutôt mal payé. C’était aussi parce que la route pour aller aux pays voisins était sécurisée, mais c’était aussi parce que la quête disait que le client s’occupait de la nourriture.
Étonnement, je ne peux pas me moquer du fait que les repas étaient compris. Ça coûte cher de nourrir un groupe de cinq personnes. La plupart du temps, le repas se compose de viande séchée et de pain dur, hé bien ce n’est pas très bon, mais les aventuriers ne peuvent pas être forts s’ils ne mangent pas.
On pensait tous que ce que Mukôda avait préparé était de la viande séchée et du pain dur, mais c’était des repas d’un niveau différent comparé à ça. Les plats qu’il préparait, pouvaient être comparés aux plats servis dans un restaurant haut de gamme dans les grandes villes.
Le pain provenant de la ville natale de Mukôda, les saucisses et la viande salées idéalement, les soupes qui étaient bien chaudes et pleines d’ingrédients……..ils étaient luxueux et délicieux que personne n’aurait cru qu’ils avaient été préparés sur la route. On était heureux en pensant qu’on avait bien choisi cette quête.
Bien sûr.
On pouvait manger des repas plus délicieux que ce qui est servi dans les villes, après tout.
Même si des monstres apparaissaient, ce n’était que des faibles comme les gobelins et loups gris, et bien qu’un sanglier rouge soit apparu, ce n’était pas un adversaire difficile pour notre équipe. Normalement, dans le cas où des monstres sont terrassés sur la route, les parties valables comme la peau et les crocs sont emportés, et la viande, elle, finirait pas pourrir, alors on en emporte peu et le reste est jeté au loin. Toutefois, Mukôda possédait un espace de stockage d’objet, alors on a pu tout emporter. Et les plats faits à partir de viande de sanglier rouge par Mukôda, avec l’assaisonnement provenant de sa ville natale, étaient indubitablement délicieux.
Ce n’est pas exagéré de dire que c’était les meilleurs repas que l’on ai jamais mangés. Et, je ne me serais jamais attendu à ce que « ça » arrive grâce à ces repas.
Attiré par l’odeur de la délicieuse cuisine de Mukôda, la bête magique légendaire Fenrir se montra. Étant une bête légendaire, peu ont déjà vu son apparence, mais on a su instantanément que c’était un Fenrir d’un seul regard. Nous avons tous pensé que nous ne devions en aucun cas aller contre cette existence extrêmement forte.
À ce moment-là, j’étais réellement énervé. Je ne me sentais pas vivant. C’était la première fois que je me sentais impuissant depuis que j’avais commencé ma vie d’aventurier. Après tout, l’ennemi était une bête magique légendaire. Ce qui était en face de nous était un monstre qui était censé avoir détruit tout un pays à lui seul. Toutefois, le Fenrir ne nous attaqua pas.
Il regardait le plat que Mukôda avait préparé, et dit  » Laisse moi aussi en manger « .
Il n’y avait aucun moyen que l’on puisse battre un tel monstre, alors nous avons dit à Mukôda de faire ce qu’il lui disait. Et, après avoir mangé les plats qu’il a cuisinés, le Fenrir déclara quelque chose d’impossible.

	" Je t'autorise à établir un contrat avec moi. ", il dit.

Au début, je pensais que j’avais mal compris ce qu’il avait dis. Je n’avais jamais entendu parler, auparavant, qu’un humain pouvait faire d’une bête magique légendaire un familier. Et, avant ça, la dernière fois que l’on avait vu un Fenrir, était il y a environ trois cent ans. Autre que les elfes qui ont une grande longévité, nous devrions être les premiers humains vivants à avoir vu un Fenrir. On ne s’imaginait même pas être témoin de la création d’un lien de familier entre une Fenrir et Mukôda. En plus de ça, c’était l’idée du Fenrir. Et il était impossible de refuser cette demande, alors Mukôda se lia par un contrat de familier à la bête légendaire.
Mukôda le nomma « Fell ».
Incroyable, nous avions été les témoins d’un tel événement historique. Toutefois, la raison pour laquelle le Fenrir avait accepté…….

« « « « « Penser qu'une bête magique légendaire accepterait de devenir un familier après avoir été attiré par de la 
nourriture...... » » » » »

Nous avions eu, tous les cinq, la même réflexion.

Mukôda était quelque peu ébahi à ce moment-là et perdit rapidement tout intérêt au fait qu’un Fenrir soit maintenant son familier, mais nous étions incapables d’être optimiste comme lui. Il ne savait pas grand-chose dessus, mais puisqu’il avait fait d’un être extrêmement puissant son familier, sans mentionner les nobles, même les gouvernements ne le laisseront pas tranquille. Il ne faisait aucun doute qu’ils allaient commencer à agir afin d’avoir sous leur ordre un puissant subordonné.
Mais Seigneur Fell répondit une chose très inquiétante…

	" S'ils me provoquent, ils devront juste être détruits "

J’ai senti un grand frisson me parcourir le dos à ce moment-là. Seigneur Fell devrait être capable d’accomplir exactement ce qu’il a dit. En entendant ça, j’ai prié que les nobles du pays ne fassent rien de stupide.
Mukôda ne semblait pas s’en inquiéter, et dit à Seigneur Fell qui mangeait beaucoup,

	« Va chercher ta viande si tu en veux »

En entendant ça, ça nous avait tellement abasourdis que notre mâchoire en tombait par terre. Nous étions étonnés et stupéfait par Mukôda qui dit à une bête magique légendaire, un Fenrir, d’aller chercher sa propre nourriture.
Je pense également que Seigneur Fell n’a pas été happé seulement par la nourriture, mais qu’il a aussi compris quel caractère avait Mukôda et donc accepta le contrat de familier. Je ne pense pas non plus que Seigneur Fell accepte de se lier à un noble ou un pays, des idiots qui voudraient seulement l’utiliser pou son pouvoir. Et Mukôda n’avait pas l’air de penser à ça en utilisant Seigneur Fell. Ou plutôt, il n’en avait pas le choix.
Pour Mukôda le problème était la quantité de nourriture que Seigneur Fell mangeait. Hahaha. Et Seigneur Fell attrapa après que Mukôda lui ait dit «  Va chercher ta viande si tu en veux » était un oiseau de roche.
Et, bien évidement nous étions très surpris. Si on parle d’oiseau de roche, c’est bien sûr un monstre de rang B que même nous, les Iron Will, aurions 50% de chance de l’abattre. La dernière fois que nous avions chassé un oiseau de roche, tout le monde était blessé de partout, et Vincent avait même eu la jambe droite cassée. Juste après avoir démantelé un tel monstre, Mukôda nous a donné tous les autres matériaux autres que la viande. Il disait que c’était le paiement pour le démantèlement et pour la viande de sanglier rouge, mais nous recevions bien trop. Mais Mukôda n’écoutait pas du tout et continuait d’insister, alors nous avons finalement accepté bien que c’était trop. Penser qu’un oiseau de roche avait été tué en aussi peu de temps, les légendes qui racontaient les faits des Fenrirs étaient donc toutes vraies. En y repensant, cet oiseau de roche grillé était réellement délicieux. Cette sauce sucrée salée était exceptionnelle. Oh nan, je bave non-stop juste en y repensant.

Ça a été aussi difficile d’entrer dans le Royaume de Feneen. Il semblait qu’il y avait pas mal de gardes qui savaient que Seigneur Fell était un Fenrir, la bête magique légendaire, et attendaient armes aux poings. Nous avions eu le droit de passer sans qu’aucun problème ne survienne, puisque nous avions prouvé que Seigneur Fell était bien le familier de Mukôda. Hé bien, de toute façon, les gardes de la forteresse n’auraient pas fait le poids face au pouvoir du Seigneur Fell et le pays entier aurait été en danger. Ils avaient également compris qu’il obéissait à Mukôda, qui est son maître, et qu’engager le combat ne leur apporterait que des ennuis, alors nous avons pu entrer dans le pays en toute sécurité.

Le messager d’un noble nous attendait aussitôt que nous entrions dans la ville de Fariel, mais il s’est fait réprimander par Seigneur Fell. Bien que je crois que ce genre de chose continuera d’arriver à Mukôda, tout ça sera vite réglé par Seigneur Fell. En y repensant, ces deux-là devrait être une bonne combinaison.

	« Ah-, où est-ce que Mukôda va établir un restaurant... » Et quand je me souvenais de notre rencontre avec ces
 deux-là, Vincent dit quelque chose comme ça.
	« Ah-, j'y pensais aussi. S'il le fait, nous devrions y aller immédiatement et manger là-bas. » Rita qui a un 
grand appétit approuva 

immédiatement.

	« Même moi qui ne suis pas obsédé par la nourriture le pense aussi. » Même Franca dit des choses comme ça.
	« C'est vrai. » Même le silencieux Ramon.

Et même moi je le pense également. Mais, mieux que ça………

	« J'espère les revoir de nouveau. »

Tous les autres acquiescèrent suite à mes mots. Cet homme au visage plat qui n’a pas l’air très fort mais est un bon cuisinier, et Seigneur Fell, la bête magique légendaire attiré par la nourriture qui a accepté de passer un contrat de familier. Nous souhaitions vraiment revoir ces deux-là.